Démarches auto-entrepreneur
>
Devenir auto-entrepreneur
>
Devenir auto-entrepreneur webdesigner

Devenir auto-entrepreneur webdesigner

La majorité des métiers liés à l’outil informatique peuvent aisément s’exercer en libéral. Pour un webdesigner, créer son auto-entreprise est une très bonne opportunité pour travailler de manière indépendante. Les avantages accordés pour monter sa microentreprise permettent de démarrer son activité sereinement. Découvrez les démarches à réaliser pour devenir auto-entrepreneur webdesigner ainsi que les avantages mais également les inconvénients qu’offre ce statut qui a été créé il y a plus de 10 ans.

1. Devenir webdesigner : quel statut privilégier ?

Le statut d’autoentrepreneur a été créé en 2009 pour aider les Français à développer leur propre activité professionnelle. Trois avantages ont été accordés aux microentrepreneurs : des facilités administratives pour déclarer ce type de société, la possibilité de cumuler certaines aides comme les allocations chômage et une imposition plus claire. En particulier, la TVA (Taxe sur la Valeur Ajoutée) est un impôt payé par les clients mais collecté par les entreprises. Ce processus a été simplifié pour les autoentreprises.

Le régime libéral cadre parfaitement avec un métier de webdesigner. Les professions libérales concernent les personnes délivrant une prestation intellectuelle. Cette activité doit être accomplie de manière indépendante et dans le respect des principes éthiques de sa profession. Ce statut offre aux dirigeants une simplification des démarches et une déclaration au niveau des impôts facilités. Ainsi, un entrepreneur libéral paye les cotisations sociales à hauteur de 22% de son chiffre d’affaires (CA). Toutefois, le chiffre d’affaires annuel ne doit pas dépasser 70 000 euros. En cas de dépassement, vous seriez dans l’obligation de changer de statut.

2. Quelle formation ?

De nombreuses formations et écoles publiques et privées permettent d’acquérir de très bonnes connaissances théoriques et pratiques dans le domaine du webdesign. Le niveau d’études pour devenir webdesigner s’échelonne du bac + 2 jusqu’au master. Toutefois, contrairement à certaines professions, ce métier n’est pas réglementé comme peut l’être par exemple des professions médicales. Aussi sans diplôme ou formation, il est tout à fait possible de développer une activité lucrative dans le secteur du webdesign, mais attention la concurrence est rude et pour se démarquer il est souhaitable d’avoir des solides connaissances et un esprit très créatif. Un sens de la communication et du commerce est également un plus pour promouvoir son activité.

3. Le cumul d’auto-entrepreneur webdesigner et le statut de salarié est-il autorisé ?

Le cumul est possible sous certaines conditions. Tout d’abord il est important de bien relire son contrat de travail qui doit indiquer clairement si vous avez l’autorisation de développer une activité rémunérée en dehors de votre emploi salarié. Toutefois, même si votre contrat de travail vous accorde le droit de devenir auto-entrepreneur, il est important de rappeler que si vous êtes déjà salarié d’une entreprise, vous devez informer votre employeur de votre décision. De plus, vous êtes soumis au droit de loyauté et il est interdit de faire de la concurrence à votre employeur. En cas de non-respect de cette obligation, la sanction peut aller jusqu’à l’interdiction de l'exercice de votre activité et même vous pouvez être contraint à payer des dommages et intérêts. Ce droit de loyauté peut s’exercer même plusieurs années après avoir quitté votre poste, donc relisez bien vos contrats de travail avant de vous lancer dans la création d’une auto-entreprise.

4. Comment bien démarrer son activité ?

Avant de lancer dans l’aventure de la microentreprise, il est impératif d’établir une étude de faisabilité. En effet, votre projet peut être très séduisant sur le papier, mais il fait qu’il soit techniquement viable. Cela implique que vous aviez les ressources financières suffisantes pour débuter votre activité. Dans le cas concret du webdesign, du matériel de pointe en informatique est absolument nécessaire. Il est important également d’inclure tous les frais fixes obligatoires comme une ligne téléphonique, les licences pour les logiciels professionnels… Dans le cas d’un webdesigner, il est possible d’exercer son métier à son domicile pour réduire les frais de location d’un local professionnel, ce qui constitue un avantage financier certain.

Ensuite, il est impératif de faire une étude de marché pour vérifier la viabilité de votre projet. Il est important de sonder le volume de travail que va générer par votre activité. Il faudra également définir les tarifs pratiqués pour être sûr d’être financièrement à l’équilibre au bout de quelques semaines voire mois en fonction de votre planning. L’objectif est de pour pouvoir s’accorder une rémunération qui vous permette de vivre et de payer les factures à moyen terme. Une première période de rodage peut être nécessaire pour démarcher de potentiels clients, votre sens de la communication et du marketing sera alors un plus.

5. Quelles sont les démarches administratives pour créer son auto-entreprise dans le secteur du design ?

Vous devez dans un premier temps vous procurer le cerfa 13821-07 qui est une déclaration de création d’une entreprise libérale pour les professions non règlementées. Il est important de remplir correctement ce formulaire car il va servir de base pour l’immatriculation de votre entreprise. Une fois complété et signé, ce document doit être enregistré sur le site de l’Ursaaf, la CFE (Centre des Formalités des Entreprises) dont votre activité dépend. Suite à cette déclaration, un numéro Siren délivré par l’Insee vous sera fourni ainsi qu’un code APE (activité principale exercée). Ce code constitué de 4 chiffres et d’une lettre permet de connaître la branche d'activité principale d’une l'entreprise.

6. Comment prouver l’existence légale de votre autoentreprise en webdesign ?

Un entrepreneur dans le commerce peut présenter un Kbis pour certifier l’immatriculation de sa société. Pour l’artisan, l’extrait D1 sert de preuve légale. Dans le cas des professions libérales, l'avis de situation Siren de l'Insee ou l'attestation Urssaf justifie l’existence de votre entreprise.

Les auto-entrepreneurs doivent remplir une déclaration complémentaire des revenus des professions non salariées appelée Cerfa 11222*21 qui peut être téléchargée gratuitement sur le site du Service Public.

Il existe à l’heure actuelle 37 professions libérales réglementées.